La voie de l`écriture de Nadine Léon, auteur   Bienvenue sur:
 
nadine-leon-auteur.wifeo.com
 
 

Haïbun

Le Haïbun est un genre littéraire qui provient du Japon et qui a été créé par Basho. C'est un mélange de prose et de haïkus. À l'origine il avait la forme d'un journal de voyage intercalé de compositions brèves appelées justement haïku. Les miens ne sont pas trop conventionnels, mais j'aime la rupture et la profondeur que peut créer un ou plusieurs haïkus insérés dans mes poésies en vers libres ou dans mes textes ..

Le vieux chêne

mon cœur

contre le vieux chêne

la parole au vent

 

*~*

 

(voix du vent) :

 

Tu es une humaine

de ceux qui voudraient dominer la Terre, des conquérants qui ont plié les peuples premiers, qui ont coupé les forêts, qui ont dompté les eaux et fait prisonniers les animaux, de ceux qui voudraient à tout prix imposer leur suprématie sur chaque être, qu’il soit animé ou inanimé, de ceux qui ont perdu l’infini de l’horizon, retranchés derrière le carcan de la raison, de ceux qui font peser sur la Terre tout le poids de leur avidité.

 

Tu es une humaine

de ceux qui se sont séparés de la nature et qui se sont dissociés du ciel.

 

Et pourtant l’esprit de l’arbre résonne en toi. Suis la voie des racines qui relient d’arbre en arbre la Terre à l’univers. Ressens l’énergie des arbres, capte chacun de leurs mouvements et de leurs changements, tous d’une extrême lenteur, hors de notre temps. Tu respires le même souffle de vie, tu absorbes la même lumière et tu fais les mêmes danses lorsque le vent t’effleure ou lorsque brutalement il te bouscule durant les nuits de tempête...

 

 

(paroles chuchotées) :

 

Je suis une terrienne

Je puise ma force dans la fragilité d’une fleur de prunellier sous un rayon de lune.

Je meurs à chaque hiver pour renaître à chaque printemps, mes voyages se font sur place parcourant l’espace d’entre-deux instants. Je touche le ciel, j’observe le passage des nuages, je remonte les eaux de la sève. Au gré des saisons, je laisse aller mes fleurs, mes fruits, mes feuilles.

Et surtout … j’écoute les oiseaux.

 

*~*

 

nid de brindilles

de plus en plus ma main

ressemble à l’écorce

 

………………………………………………….................................................Haïbun - NadineLéon, Italie.

Matin de brume

Dimanche matin de brume. Les coups de fusil des chasseurs déchirent le silence de la plaine. Tout autour de chez nous, des champs et cet immense rien peuplé d’oiseaux en tout genre. La chasse y est permise.
Les aboiements des chiens, les yeux hors des orbites, qu’ils ne libèrent de leurs cages que pour participer à ce drame saisonnier et sanglant.

Un chasseur tire
sur un vol d’oiseaux
le ciel se déforme

Je suis la motte de terre qu’ils écrasent sous leurs bottes, je suis ce lapin sauvage qui sursaute entre les joncs, ce faisan ensanglanté qui lance son dernier cri. Je lis la frayeur dans tous ces petits oiseaux réfugiés dans notre parc et qui en temps normal, enchantent les arbres de leurs gazouillis.
Leurs fusils sont à répétition, pour une lutte impaire et anachronique contre des créatures sans défense, contre la nature et son innocence.
Dans mon intime je souhaite qu’il pleuve des cordes, juste au-dessus de leur tête, que le brouillard les dévorent ou, plus simplement peut-être, qu’ils se tordent la cheville… est-ce trop demander ?

des coups de fusil
profanent le ciel d’automne
la mort dans l’âme

......................................................................................................haibun, NadineLéon.

À la présence de l’arbre

tant de lunes sont passées

tant de siècles ont coulé
dans les veines de son bois

l’arbre est depuis toujours
le sculpteur de lui-même
écorce du sublime

un arbre
pas seulement ça se touche
pas seulement ça se voit
un arbre ça se rencontre

être à la présence de l’arbre
c’est réussir à sentir l’énergie vitale
qui passe à travers ses racines,
son tronc, ses branches,
ses feuilles, ses fruits...
c’est savoir reconnaître la vie
qui vibre en lui et prendre conscience
du lien profond qui nous unit.

un arbre
pas seulement ça s'écoute
pas seulement ça se hume
un arbre ça se ressent

entrer en contact avec un arbre
c'est se connecter avec tout son mystère

*~*

l’orme solitaire
au croisement des chemins
des voix dans le vent

*~*

froissements d'ailes
un à un les pétales tombent
du prunier en fleur

*~*

Tous les écrits que je publie dans ce site sont des extraits de mes publications en français ou en italien et seront protégés par copyright. Qui le désire pourra partager les citations de ces textes sur les réseaux sociaux à condition d'écrire le nom de l'auteur. 
 




Créer un site
Créer un site